Publié par Laisser un commentaire

“Emmanuel Macron et les gilets jaunes”#3

Feuilleton Emmanuel Macron les gilets jaunes épisode 3 : un débat calme respectueux et productif

Rappel des deux épisodes précédents. Nous avions insisté un débat conflictuel entre Emmanuel Macron et un gilet jaune dans le premier épisode. Dans le deuxième épisode nous avions compris pourquoi le débat avait tourné au conflit, en particulier avec l’analyse de nos préjugés de nos croyances.

Voyons maintenant comment le conflit pourrait être calme, posé, respectueux et productif…

Pour atteindre cet objectif, il va vraiment falloir utiliser les principes de l’écologie relationnelle dont je vous présente deux éléments importants dans cet article.

Les 2 étapes de l’écologie relationnelle efficace ERE

Étape 1–     L’inversion des attributions

Assouplissons nos préjugés et rendons notre voix intérieure plus positive avant même de commencer le débat et pendant le débat.

Souvenez-vous lors du premier débat houleux ils avaient tous les deux des attributions internes négatives (ce que je dis-moi c’est bien) et des attributions externes négatives (ce que dit l’autre c’est mal). Comment modifier cela ?

Il s’agit pour le président et pour le gilet jaune de commencer à avoir des attributions externes positives. C’est-à-dire de donner des intentions positives à l’autre et des attributions internes négatives, c’est-à-dire de remettre en cause certain de nos préjugés.

Le président doit faire cet effort de se demander quel est le côté positif du mouvement contestataire ?

N’y a-t-il pas des gens authentiques qui souffrent vraiment ? N’y a-t-il pas malgré des moyens d’action trop violents, une motivation un désir de faire avancer la France ? N’y a-t-il pas, même si on n’est pas d’accord avec eux, une volonté de protéger leurs enfants ?…

On pourrait continuer ses côtés positifs.

Cela s’appelle la gymnastique mentale. Il s’agit de voir toutes les facettes de son interlocuteur ou d’un mouvement social. Plus vous voyez les côtés positifs de celui avec qui vous  en conflit, plus votre cerveau sera souple, adaptable et capable de déboucher  sur  une écologie relationnelle efficace.

Le gilet jaune doit lui aussi bien sûr faire cette même démarche. N’y a-t-il pas chez le président une volonté de faire avancer le pays même si je ne suis pas du tout d’accord avec ses décisions et sa façon de faire… Souvenons-nous qu’avant les élections il était capable de donner la parole au peuple… c’est vrai qu’il a donné beaucoup riche en arrivant mais il a aussi des mesures pour les moins riches comme la taxe d’habitation… c’est vrai qu’il a toujours dit « et en même temps » et qui n’avaient pas promis de faire non plus que pour les gens les moins fortunés…

là encore nous avons une position mentale plus souple du gilet Jaune. Il arrive beaucoup plus serein dans le débat.

Étape 2 – mieux communiquer

Une fois cette étape cognitive effectuée (d’assouplissement mental), il va falloir aussi modifier ses comportements c’est-à-dire la façon de se parler, en améliorant notre communication.

Mais les conseils en communication habituellement donnée, sur la gestuelle, la position du corps, la voix, son volume, sa fluidité, la qualité du regard… sont déjà très largement utilisés par les conseillers en communication et ne semblent pas à eux seuls suffirent.

C’est pourquoi je propose cette méthode originale, ERE, écologie relationnelle efficace qui va permettre aux débats de se dérouler dans de bien meilleures conditions et probablement d’augmenter considérablement les chances d’aboutir à une solution positive pour les deux parties.

Pour illustrer la méthode je vous propose de refaire le débat en utilisant les techniques de l’écologie relationnelle efficace, ce qui va nécessiter l’introduction d’un troisième personnage nommé Médiateur dans le texte.

Ce troisième personnage, et celui qui aidera le débat. Ce peut être par exemple un journaliste ou une autre personne qui devra en tout cas avoir de très grande qualité de neutralité, ne pas rentrer dans le débat sur le fond mais simplement veiller à ce que les conditions de la communication soient réunies.

Les conditions d’une bonne communication :

La balle en mousse.

Celui qui parle tient une balle en mousse (pour ne pas se faire mal au cas où ça tourne mal !).

L’autre écoute et n’a pas le droit de prendre la parole tant qu’il n’a pas là-bas la mousse.

Reprenons le débat en utilisant des techniques de l’écologie relationnelle efficace, précisées entre parenthèses.

Médiateur : « je vous propose de respecter les règles décrites ci-dessus de l’utilisation de la balle en mousse et du temps de parole ; je suis le seul à avoir le droit de vous couper si vous dépassez votre temps afin de respecter un équilibre ».

Médiateur : « Monsieur gilet jaune auriez-vous l’amabilité de prendre la valeur mousse et exprimer à Monsieur le président ce que vous avez à lui dire »

(Noter ici que Médiateur utilise des expressions respectueuses pour désigner les gens, Monsieur gilet jaune… Monsieur le président).

En cela il espère servir de modèle aux deux protagonistes pour introduire le respect de la personne.

Gilet jaune : « monsieur le président, Si vous avez bien écouté les gilets jaunes dans les dernières manifestations ils demandent votre démission »

(Noter que le gilet jaune reprend effectivement l’expression Monsieur le président et respecte donc la personne dans un premier temps. En revanche dans un deuxième temps il met en cause la personne du président en demandant sa démission)

Président : « ça c’est une autre affaire…j’ai été élu démocratiquement… parlons de vos revendications… que voulez-vous ? »

(Noter que le président élude la remise en cause de son mandat et ramène le gilet jaune sur les motifs du débat).

À ce stade la discussion n’est pas violente et Médiateur n’a pas encore à intervenir

Gilet jaune : « moins d’impôts, moins de taxes… vous ne voyez pas que des Français ne finissent pas leurs fins de mois… certains n’ont plus rien partir le 15 du mois…

(Noter qu’à ce stade le médiateur n’a toujours pas besoin intervenir dans la mesure où le gilet jaune parle des faits et ne met pas en cause la personne qui est en face de lui et ne menace pas la relation). Le médiateur laisse donc le gilet jaune continuer

 Et puis vous favorisez les riches… vous avez mis des milliards dans l’ISF … vous êtes du côté des riches… on ne peut plus vous faire confiance… »

Médiateur intervient ici : « Monsieur le gilet jaune je comprends votre colère, mais je vous rappelle les règles de l’écologie relationnelle efficace. Vous avez tout à fait le droit de reprocher des faits, des actes, des comportements. Mais vous n’avez pas le droit de mettre en cause ni sa personne, ni sa fonction et encore moins la relation que vous avez avec lui) »…

 « Revenons sur votre demande de diminuer les impôts les taxes afin que les Français aient plus de réserves financières… est-ce bien ce que vous voulez dire Monsieur le gilet jaune (vérification du contenu) »

On voit ici que Médiateur le médiateur montre encore un modèle de communication en vérifiant si ce qu’il a compris ce que l’autre a vraiment dit.

Gilet jaune : « oui vous avez parfaitement compris nous voudrions une diminution des impôts et des taxes… »

Ici le gilet jaune redemande la diminution des prix des taxes cela s’appelle le disque rayé c’est une très bonne technique pour obtenir d’autant qu’il ne revient plus sur la remise en cause de la personne du président.

Médiateur passe  la mousse au président : « que pouvez-vous répondre Monsieur le président ? »

Président prend la balle en mousse : « eh bien en ce qui concerne les impôts et les taxes nous pouvons discuter… le problème est très complexe car la France est très endettée… j’ai bien compris que beaucoup de Français étaient dans la souffrance et ont de la peine à finir leurs fins de mois… je vous précise d’ailleurs que la diminution des taxes et des impôts fait partie de mon programme … »

Médiateur s’adresse au gilet jaune : « est-ce que le président a bien entendu votre demande ? »

Gilet jaune : « oui il a bien entendu… mais je ne sais pas s’il est très crédible lorsqu’il dit qu’il entend la souffrance des Français… » 

Médiateur intervient ici car si le gilet jaune a été positif dans la première partie de sa réponse en disant que le président avait bien entendu son point de vue, dans la deuxième partie il dérape et attaque à nouveau la personne du président et en mettant en cause sa crédibilité. Nous ne sommes plus sur le problème mais nous passons sur un jugement de la personne.

 Médiateur: « je suis content que vous soyez entendus tous les deux pour débattre de la question des taxes et des impôts » puis il s’adresse au gilet jaune : « je vous redemande une nouvelle fois de pas remettre en cause la personne de Monsieur le président, ni sa crédibilité…   quels seraient vos propositions pour une diminution des taxes et des impôts ? Qui serait concerné ? Dans quelle mesure ? Avec quels moyens ?… »

Gilet jaune : « nous voudrions que ce soient les personnes les plus en difficulté qui profite le plus de la baisse des taxes et des impôts… par ailleurs à la campagne nous n’avons que les voitures pour nous déplacer et une hausse des taxes sur le pétrole est très préjudiciable pour nous… nous n’avons pas de transport en commun pouvons pas faire autrement ni pour travailler ni pour faire nos courses… certains d’entre nous n’ont même pas le SMIC pour vivre… ils ne peuvent plus avoir le moindre plaisir… »

A noter ici que le gilet jaune reste uniquement sur les problèmes, il ne juge plus président, il argumente avec précision ses demandes.

Évidemment le président se sentant moins mis en cause devrait être plus disponible pour écouter les arguments du gilet jaune et lui répondre sur les points avancés

Président : « je suis d’accord, le travail ne paye pas assez pour certains français… il faudra augmenter les revenus des gens soit en augmentant les salaires soit en diminuant les impôts… mais il sera difficile de faire les deux en même temps… »

Médiateur utilise ici la méthode du PPR fondamental dans la résolution des conflits. J’ai décrit cette méthode dans mon en détail dans mon livre « Oser la vie à deux » car elle est très applicable aussi aux conflits de couple. Afin de résumer cette méthode, le premier P signifie

Le problème, le deuxième P personne et le R relation. Et que l’idée est de toujours rester centré sur les problèmes à discuter, ne jamais remettre en cause les personnes et encore moins la relation.

Nous avons utilisé cette méthode dans le cadre d’un couple social elle est également utilisable dans le cadre d’un couple amoureux.

Par exemple si votre conjoint ne fait pas ses tâches à la maison : « vous pouvez lui dire j’aimerais beaucoup que tu en fasses plus, par exemple les courses, le ménage… je me sens un peu de les délaissée pour la maison » vous n’agressez pas la personne vous êtes factuels sur les tâches et vous parlez de vos émotions la première personne du singulier.

En revanche si vous lui dîtes « tu ne fous jamais rien à la maison, j’en ai marre de vivre avec quelqu’un qui se fout de moi, me prend pour sa bonne, est-ce que c’est comme ça que ta mère t’a élevé ?… »  Vous jugez la personne. Et vous pouvez encore moins lui dire : « tu ne fous rien, je me tape tout, j’en ai marre donc je te quitte… » car cela met en cause la relation.

Cette technique du PPR est une technique importante en écologie relationnelle efficace. Entraînez-vous à  l’utiliser dans votre vie et dans les différents conflits que vous rencontrez.

Bien sûr il y a beaucoup d’autres méthodes utilisables pour une écologie relationnelle efficace

Si vous voulez en savoir plus sur  l’écologie relationnelle vous trouverez le détail de ces techniques dans :

Frédéric Fanget : « affirmez-vous !  Pour mieux vivre avec les autres » éditions Odile Jacob, 2011.

Frédéric Fanget : « oser la vie à deux », éditions Odile Jacob, 2007.