Confinement: comment bien gérer les conflits de couple

Les méthodes pour bien gérer les conflits de couple pendant le confinement.

Après avoir rappelé quelques règles de base du fonctionnement en couple pendant le confinement je vous présenterai dans la suite de cet article deux méthodes très efficaces pour régler les conflits de couple.

Fixons d’abord des objectifs accessibles à notre couple

Traversons ce rapide et attendons des eaux plus calmes

Pendant le confinement, fonctionnons à 60 % de nos possibilités. C’est vrai pour nous c’est aussi pour notre couple.

Le confinement qui se prolonge nécessite désormais d’adapter notre rythme. Il se transforme en course de fond.

Pour notre couple, c’est exactement la même chose. N’ayons pas l’illusion que notre couple puisse fonctionner parfaitement pendant cette période.

Comme l’expliquaient mes articles précédents, le confinement est en lui-même une contrainte qui augmente la tension. Les deux conjoints doivent donc tenir compte de cette tension supplémentaire et se fixer des objectifs accessibles et limités. C’est un peu comme lorsque le couple va descendre l’Ardèche en radeau. Lorsque nous traversons un rapide, le seul objectif est de passer sans dégâts, pour se retrouver un peu plus bas dans des eaux plus calmes.

Résoudre les deux tiers de nos difficultés de la vie en couple pendant la période de confinement est déjà un exploit !

En pratique, si le couple arrive à résoudre environ 60 % des difficultés de la vie quotidienne pendant le confinement ce sera déjà très bien ! Attention aux couples perfectionnistes qui recherchent l’idéal, qui veulent tout résoudre et que tout fonctionne parfaitement bien.

J’ai eu affaire à la peur de ces couples perfectionnistes cette semaine en téléconsultation.

Ils étaient malheureux car ils ne se comprenaient pas toujours. Ils me consultaient car le conjoint voulait à tout prix comprendre sa femme, toutes ses réactions… mais lorsque je leur ai demandé dans combien de situations de vie quotidienne ils étaient d’accord en ce moment ils m’ont répondu 90 %. J’ai refusé de continuer à travailler sur les 10 % de désaccord. Si je l’avais fait je serais devenu moi aussi un thérapeute perfectionniste !

• Se concentrer sur le présent

Limitons-nous à vivre du mieux possible pour chacun d’entre nous et pour notre couple en adoptant le mode de fonctionnement 1+1=3 qui permet de réaliser cet objectif et que nous avons évoqué dans un précédent article.

Rappelons rapidement que c’est un mode de fonctionnement qui permet à chacun de s’épanouir avec ses désirs, ses besoins, son espace vital puis de se retrouver à deux à certains moments pour vivre en couple

Eviter d’aborder les problèmes du passé qui sont les sources de nos disputes habituelles.

Même s’il s’agit de problèmes importants à résoudre, ce n’est pas le moment. Si vous ne les avez pas résolus jusqu’à maintenant, il est fort peu probable que la phase de confinement vous permette de les résoudre. Encore que, comme toujours en psychologie, aucune règle n’est vraie à 100 %. J’ai eu récemment des couples en téléconsultation qui m’expliquaient que la période leur avait permis de se rapprocher.

•Eviter d’aborder l’avenir du couple.

Ce n’est pas la période idéale pour faire des grands projets d’avenir pour votre couple. Et encore moins pour parler de séparation. D’autant que personne ne sait de quoi sera faite la vie après le confinement. Une de mes patientes, qui me consultait pour un tout autre problème et qui n’a jamais eu de problèmes de couple, m’a dit cette semaine qu’après un mois de confinement, elle avait envisagé la séparation ! : « Je n’ai jamais pensé à cette éventualité depuis 20 ans que nous sommes en couple, mais depuis un mois la vie est insupportable ». Or ce couple qui a trois enfants est habitué à une vie très autonome et le confinement est pour eux une expérience tout à fait inhabituelle à laquelle ils n’ont pas eu le temps de se préparer.

Deux méthodes très utiles pour diminuer les conflits de couple

Parmi les très nombreuses méthodes que nous utilisons en psychothérapie pour aider les couples à résoudre leurs difficultés, je voudrais vous en présenter deux relativement faciles à appliquer si bien sûr le désir de progresser est partagé.

La méthode du 6 pour 1

Vous allez penser que je suis un maniaque des chiffres ! Peut-être, mais cette formule n’est pas de moi. Elle est d’un grand thérapeute du couple John Gottman qui, avec sa femme, a dirigé le « Love lab » à Seattle aux États-Unis. Ils ont suivi des couples pendant plus de 30 années en thérapie. Ils font partie des thérapeutes de couple les plus expérimentés au monde. Le renseignement repose sur quelques conclusions très simples qu’ils ont tirées de leurs travaux. Par exemple ils ont montré que pour qu’un couple soit satisfait dans la durée il faut que leurs échanges soient essentiellement positifs. Cela paraît peut-être évident mais il fallait encore le démontrer et surtout le faire appliquer. Leurs résultats ont permis d’éviter un très grand nombre de séparations. Impossible de revoir ici tous leurs travaux mais arrêtons-nous sur un exemple de techniques qu’ils utilisent.

Selon l’équipe de John Gottman, il faut faire au moins 6 compliments avant de faire 1 critique à son conjoint.

Faire gagner l’argent à votre couple en communiquant positivement !

Je vous propose un petit jeu que nous utilisons fréquemment en thérapie afin d’appliquer leur méthode.

Chaque conjoint va mettre 6 pièces d’un euro dans sa poche gauche et 1 pièce d’un euro dans sa poche droite.

Lorsqu’une de vos poches sera vide vous devrez vider l’autre poche avant de remettre des pièces dans vos poches.

Vous l’aurez probablement deviné, les 6 pièces de la poche de gauche représentent les 6 compliments à faire à votre conjoint. La poche de droite qui ne contient qu’une pièce, celle des critiques !

Si vous venez de faire une critique à votre conjoint, votre poche de droite est vide. Selon ce jeu, vous n’avez pas le droit de refaire une critique avant d’avoir vidé votre poche de gauche des six pièces qu’elle contient et donc d’avoir fait au moins six compliments à votre conjoint. La règle précise que vos compliments doivent être authentiques et honnêtes !

Lorsque je présente cette méthode en thérapie de groupe, très rares sont les participants qui respectent cette règle dans leur couple. Et, ce, d’autant qu’en France la critique est facile, le compliment beaucoup plus difficile !

Le confinement favorise les critiques en couple : prudence

Le stress crée par le confinement favorise l’augmentation des critiques dans les couples. Soyons prudents car la critique blesse l’autre, dans certains cas c’est un véritable coup de poignard que nous donnons à notre conjoint.

C’est pourquoi, cette méthode du six pour un prend tout son sens pendant la période de confinement. Profitez de cette situation pour vous entraîner à voir le positif chez votre conjoint et le lui formuler directement et authentiquement.

Une autre formule pour ce jeu consiste pour certains couples à se faire un « cahier d’amour » dans lequel chacun écrit chaque jour un petit message positif à l’autre.

Cette méthode a également l’avantage de vous forcer à voir le côté positif de votre conjoint que beaucoup de couples ont tendance à oublier avec le temps.

Et si vous êtes trop énervé contre l’autre pour faire cette méthode ?

Si vous êtes énervés l’un contre l’autre il vous sera peut-être difficile de voir les côtés positifs de votre conjoint. N’oubliez pas alors de revenir à votre rencontre, de vous souvenir de ce que vous avez aimé lorsque vous l’avez rencontré et de repenser aux bons moments que vous avez passés ensemble. N’hésitez pas à en reparler, à regarder vos photos et films ensemble. Vous revivrez des émotions positives qu’il est important d’inscrire dans le « cerveau commun de votre couple ». C’est ce ciment d’expériences positives vécues en couple qui vous permettra d’aborder plus facilement les difficultés.

Une autre méthode s’avère très utile pour éviter que les conflits ne s’intensifient.

Le PPR

Cette méthode est extrêmement efficace pour ne pas blesser l’autre et ne pas menacer la relation.

Le premier P signifie le problème.

Le deuxième P signifie personne.

Le R signifie relation

Cette méthode a l’intérêt de montrer aux couples qu’ils doivent centrer la discussion sur le problème à résoudre sans déraper.

Évitez à tout prix de remettre en cause la personne de son conjoint en utilisant le tu, les généralisations : tu ne fais jamais si… jamais cela…tu es toujours comme ceci ou avec toi c’est toujours pareil… ».

Ces mots : tu, toujours, jamais, sont des mots toxiques pour les couples. Respectez votre conjoint. Vous pouvez tout à fait lui faire des remarques sur ses comportements qui vous dérangent, sur ce qu’il fait qui n’est pas agréable, mais jamais sur ce qu’il est, sur sa personne. Évitez de le/la juger.

Plus encore évitez de remettre en cause la relation avec des phrases comme : « j’en ai marre… c’est toujours pareil… tu ne changeras jamais… à cause de toi je ne peux jamais… tu sais si tu continue je vais demander la séparation… ».

Ces propos sont dangereux, destructeurs, ils ne permettent pas de résoudre le problème et laisseront certainement des blessures profondes dans notre couple.

En pratique si vous avez une critique à formuler à votre conjoint, soyez descriptifs, précis, centrés sur le problème que vous voulez résoudre (souvenez-vous le P de problème à résoudre) et ne jugez pas.

Par exemple, si vous avez l’impression que votre conjoint ne partage pas vraiment les tâches domestiques avec vous pendant le confinement et qu’il a plus tendance à jouer sur son ordinateur, à regarder des séries et à faire des apéros confinement avec ses copains, vous avez plusieurs façons de communiquer votre reproche. PS : pas de parti pris de genre, le il peut parfois être elle. Mais selon mon expérience cela reste encore le plus souvent dans ce sens-là !

Exemple de mauvaise communication centrée sur la personne (le   deuxième P)

« Tu fais jamais ni vaisselle ni ménage, tu commences à m’énerver, tu profites de moi, tu te crois à l’hôtel… »

Dans cet exemple on s’adresse à la personne. Nous jugeons notre conjoint, ce qui est agressif et dévalorisant et ne lui donnera certainement pas envie de faire un effort. Nous n’exprimons pas nos émotions, nous ne les assumons pas en utilisant la première personne du singulier. Nous risquons de regretter d’avoir été trop agressif. Même si vous avez raison sur le fond vous n’avez pas intérêt à employer une communication agressive.

Exemple de mauvaise communication centrée sur la relation (le R)

Vous arrivez en parlant fort même en criant : « j’en ai vraiment ras-le-bol d’un je-m’en-foutisme… tout ce que je dis ne sert à rien… tu n’en as rien à foutre de moi puisque c’est comme ça je m’en vais… je vais vivre ailleurs… »

Commentaire superflu : vous aurez compris que dans ce cas le couple est mis en danger.

Une bonne communication centrée sur le problème :

 « Lorsque tu n’assumes pas les tâches ménagères comme le ménage, la vaisselle que tu laisses dans l’évier (description précise de ce que vous reprochez), cela m’énerve et me fatigue (expression de mes émotions à la première personne du singulier ; il est très important ici d’utiliser le je et de ne pas dire tu m’énerves ou tu me fatigues), si tu prends en charge la vaisselle du soir et le ménage de notre chambre et du salon (on propose une solution positive et constructive), je me sentirai plus soutenue et je serai soulagée (on exprime toujours en Je nos émotions positives ).

Cette méthode de formulation d’une critique constructive se nomme le DESC : le D pour la description précise de la situation, le E pour exprimer nos émotions à la première personne du singulier, le S pour suggérer une solution positive, le C pour les conséquences émotionnelles positives si l’autre accepte notre demande de changement.

En conclusion, si pendant cette période de confinement nos objectifs de vie en couple sont modestes, nous arriverons certainement à les atteindre. Si nous en demandons trop à notre couple nous risquons d’être déçus. Par ailleurs il m’apparaît important que le grand public connaisse quelques méthodes classiques que nous utilisons en psychothérapie pour aider les couples, elles sont faciles à apprendre et à utiliser lorsque les deux sont de bonne volonté bien sûr.

Il y a beaucoup d’autres méthodes issues des thérapies comportementales et cognitives qui nous permettent de mieux gérer les problèmes de couple.

Mais nous n’avons pas la place ici pour toutes les développer.

Frédéric Fanget, à Lyon le 13 avril 2020

Pour ceux qui veulent en savoir plus:

•          Sur le couple son fonctionnement et la résolution des conflits « Oser la vie à deux », Frédéric Fanget, éditions Odile Jacob.

•          Sur la communication positive et constructive, « Affirmez-vous ! Pour mieux vivre avec les autres » Frédéric Fanget, éditions Odile Jacob.

Pour vous tenir informés vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter.

INSCRIPTION