Le couple: surmonter le confinement

Nous avons vu dans l’article précédent que le confinement impose aux couples un mode de fonctionnement assez fusionnel que j’ai nommé le mode 1 + 1 = 1. Nous avons mis en évidence ses inconvénients et ses risques pendant le confinement.

Dans ce deuxième article, nous allons voir comment éviter ces problèmes en adoptant un mode de fonctionnement de nos couples plus compatible avec le confinement : le mode 1+1=3.

Ce mode de fonctionnement permet à chaque membre du couple d’être lui-même, de vivre sa vie, de rester épanoui pendant cette période difficile. Chaque membre du groupe est représenté par chaque 1. Une fois cette satisfaction personnelle atteinte, chaque conjoint pourra alors se rendre disponible à l’autre pour la vie commune du couple représenté dans l’équation par le chiffre 3.

Je tiens tout d’abord à m’excuser auprès de Cédric Villani pour ma très mauvaise connaissance des mathématiques.

Après avoir expliqué dans l’article précédent que 1+1=1 j’affirme maintenant que 1 + 1 =3. Je crains d’être recalé par Monsieur =Villani. Je voudrais toutefois lui préciser que si cette équation est fausse en mathématiques, en revanche elle est extrêmement intéressante en psychologie du couple.

En effet elle aide à comprendre que dans ce mode de fonctionnement du couple chaque 1 s’étant réalisé complètement peut alors être disponible pour grandir à travers le couple et devenir 1,5. Un individu épanoui, lui-même et dans son couple, devient plus grand. Si c’est le cas de manière égale pour les deux conjoints nous obtiendrons alors l’équation suivante : 1,5 +1,5 = 3

Ce qui devrait cette fois-ci satisfaire Cédric Villani.

Mais avant de décrire les principes les avantages et les inconvénients de ce modèle, je souhaite vous faire part de l’expérience de téléconsultation que j’ai actuellement avec des couples qui fonctionnent particulièrement bien, précisément sur le mode 1+1=3.

Les couples qui fonctionnent bien adoptent le mode 1+1=3

Au début du confinement, Camille s’est mise d’accord avec son conjoint pour transmettre leur histoire familiale à leurs deux petits garçons âgés respectivement de 10 et 12 ans.

D’un commun accord le couple parental prend régulièrement des petits moments pour raconter des anecdotes familiales, des bons moments vécus par les grands-parents des enfants, uniquement des moments heureux (éviter de parler des malheurs de famille en période de confinement). Les parents sortent l’album photo et se tournent vers leurs enfants : « Vous voyez ici c’est grand père. Un dimanche nous avions déjeuné chez vos grands-parents paternels, les parents de papa… je me souviens très bien que votre grand-père racontait des histoires à la fin de chaque repas.… Il savait très bien les raconter, tout le monde écoutait… tenez par exemple je vais vous raconter une de ces histoires… » et la maman se met à raconter l’histoire et la transmet à ses enfants avec les émotions qu’elle a vécues à ce moment-là. Les enfants sont enchantés, ils demandent à leurs parents de raconter d’autres histoires et toute la famille vit des moments de bien-être.

Marie, 25 ans, est en couple avec Alexandre. Le confinement se passe parfaitement bien. Ils se racontent les moments heureux de leur rencontre, décident ensemble des activités communes mais ils ont aussi chacun leurs moments d’autonomie. D’ailleurs ils ont établi un emploi du temps comme s’ils travaillaient et passent leur journée, chacun de son côté, dans une pièce de leur petit appartement qu’ils ont aménagée pour pouvoir être tranquilles lorsqu’ils le souhaitent. Ils s’organisent pour ne pas déranger l’autre, ne pas parler trop fort au téléphone ou baisser le son lorsqu’ils regardent une série. Ils ont gardé un rythme de vie avec des repas et des soirées en commun au cours desquels ils décident de leurs activités.

La description de ces couples un peu parfaits peut agacer, je le reconnais ! Nous ne sommes pas tous capables de gérer aussi bien la période de confinement. En revanche ils peuvent vous servir de modèle.

Observer les couples qui fonctionnent bien

Souvent, lors des thérapies des couples en difficulté que je rencontre, je leur demande de prendre dans leur entourage un exemple de couple qui fonctionne bien, dans leur famille ou chez des amis ou des amis de leurs parents… Parfois certains n’ont pas de bon modèle de couple autour d’eux, je leur demande alors d’en chercher un dans les médias ou sur Internet. Si vous avez le choix, mieux vaut prendre un couple que vous connaissez. Cette proposition est basée sur une méthode d’apprentissage nommée : « l’imitation de modèle » qui a été décrite par un grand psychologue nommé Albert Bandura. Ses travaux montrent que la meilleure façon d’apprendre est d’observer une personne qui sait bien faire. Par exemple si un enfant veut apprendre à conduire il faut qu’il regarde son papa ou sa maman conduire. Par l’observation il comprend que la pédale de droite permet la voiture d’aller plus vite, que celle du milieu permet à la voiture de ralentir, qu’un bruit intermittent est déclenché par une manette lorsque la voiture tourne à gauche… Ce n’est qu’après l’observation du modèle que l’enfant prendra des cours de code, de conduite ou que le futur danseur commencera à danser.

Si vous voulez apprendre à danser, vous avez intérêt à regarder un danseur professionnel. Par l’intermédiaire des neurones miroirs, le simple fait de regarder un modèle performant initie notre cerveau à ce fonctionnement.

Nous pouvons retirer de grands bénéfices de cette méthode de psychologie, l’imitation de modèle. Si nous sommes en difficulté dans notre relation de couple en confinement, inspirons-nous des couples qui fonctionnent bien autour de nous.

Si un de vos couples amis vous paraît un modèle possible n’hésitez pas à leur téléphoner et à leur demander des solutions positives. Ce sera plus efficace que de vous plaindre auprès d’eux de vos difficultés de couple.

En dehors de cette expérience, que nous pouvons tous faire, nous pouvons aussi nous inspirer du mode 1+1= 3, très utile à l’heure actuelle.

Une boussole pour le couple en confinement : le mode 1 + 1 =3

Dans ce mode, chaque conjoint vit son existence pleine et entière pour lui-même. Chaque 1 est complètement satisfait et se réalise lui-même. Ce n’est qu’après s’être occupé de soi-même, si les deux conjoints le font en même temps, qu’ils seront disponibles pour investir la troisième dimension qui est le couple.

Ce mode de fonctionnement de couple est une boussole capable de nous guider lors de la phase de confinement. Bien sûr, aucun couple, même celui qui fonctionne le mieux, n’arrive à vivre en permanence sur le mode 1+1=3. Mais lorsque ces couples sont en difficulté (ce qui arrive à la plupart des couples), ils savent se respecter mutuellement et se retrouver pour les moments communs. Le mode 1+1=3 est une boussole qui les aide à retrouver le chemin du bon fonctionnement du couple.

Sur le plan pratique, cela signifie que chacun organise son emploi du temps, comme lorsqu’il va au travail, avec ses habitudes, ses horaires, ses façons de se préparer, ses façons d’agencer sa vie, ses relations sociales professionnelles, amicales qui se poursuivent par téléphone ou par les réseaux sociaux.

Dans le mode 1 + 1 =3, il est important que les deux membres du couple soient à égalité. Évitons si possible que l’un des deux s’occupe plus de lui que l’autre.

Une fois cette réalisation de soi opérée par chacun de ses membres, le couple peut organiser sa vie commune pendant le confinement, par exemple prévoir à quel moment se rejoindre pour les repas, pour faire un jeu ensemble, pour regarder un album de famille ensemble, pour regarder des séries préférées tous les deux… Le couple aura aussi défini un emploi du temps avec ses moments de disponibilité.

Encore une fois, cette vie de couple ne saurait être harmonieuse que si la vie de chacun des deux membres n’est elle-même épanouie.

En pratique je vous conseille donc de discuter de tout cela à deux, de vous faire un emploi du temps avec trois couleurs. Chacun d’entre vous choisira une couleur et le couple aura une troisième couleur. Vous pourrez ainsi voir à quel moment vous isoler et à quel autre vous retrouver.

Ensuite je vous conseille de faire une liste des activités que vous aimez faire à deux, que vous avez envie de partager pendant ce confinement. Lorsque vous aurez des moments de couple, piochez dans cette liste en choisissant ensemble votre activité.

En conclusion de cet article, nous avons vu comment tous les couples peuvent essayer de fonctionner de la meilleure manière possible pendant cette période difficile que représente le confinement. Le mode 1 + 1 = 3 est une boussole qui rendra de grands services à beaucoup de couples.

C’est un objectif vers lequel il faut tendre même si bien sûr je ne suis pas naïf et je sais que les couples qui fonctionnent le plus fréquemment en 1 + 1 = 3 ont aussi leurs moments difficiles.

C’est pourquoi nous allons voir dans le troisième article un ensemble de méthodes permettant d’éviter les conflits et de résoudre lorsqu’ils sont survenus malgré tout.

Frédéric Fanget, à Lyon le 13 avril 2020

Pour ceux qui veulent en savoir plus, «Oser la vie à deux », Frédéric Fanget, éditions Odile Jacob.

Pour vous tenir informés vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter.

INSCRIPTION